Rebondir ? Laissez-moi rire...


Nous sommes en train de vivre une crise sanitaire et économique d'une ampleur que nous n'aurions jamais pu imaginer.

Et voilà que les médias dédiés aux entreprises se sont accaparés du mot rebondir avec ferveur et optimisme, un concept marketing lié au COVID est né, le rebond économique.

Une p'tite crise ? Une crise majeure ? Pensez à rebondir !


Regardez autour de vous sur LinkedIn à quelle fréquence le mot est utilisé ces derniers mois, hallucinant! Le rebond se propage dans le vocabulaire de tout un chacun! Croyons y, c'est tellement apaisant, n'est-ce pas ?

Comme si c'était une évidence, à la portée de tous que de simplement rebondir comme une balle.

Pourquoi ? parce que le mot rebondir implique qu'on touche le sol, et que BOUM, on change de trajectoire et on repart vers le haut, les choses s'améliorent.

En fait, on touche le fond, du dur, le sol et puis la trajectoire change comme par magie.

Il suffirait, en fait, d'envoyer fracasser notre entreprise contre le sol, pour la voir rebondir.


Et bien non, cela ne se passe pas tout à fait comme ca et on le sait : de nombreuses entreprises de toutes tailles licencient et réduisent l'activité, de nombreux commerces sont sur le point de fermer, nous sommes dans une situation complexe.

Lancer une balle sur un sol existant, stable, solide pour espérer rebondir c'est une chose.

Lancer une balle vers le bas dans un environnement qui est volatile, incertain, complexe, ambigu (VUCA, le terme originellement développé par l'armée américaine), c'est autre chose.

Alors quelle piste pouvons-nous envisager pour sortir d'une crise économique telle qu'elle se dessine aujourd'hui dans le monde entier?


A mon niveau, je me dis que rebondir, ce n'est pas vraiment le mot le plus pertinent et que l'approche n'est pas au rebond.

Vous l'avez compris le mot m'agace. Il me semble qu'il est impératif de réaliser que le sol n'est plus stable, que l'environnement dans lequel on a évolué, n'est plus le même.

Laisser la balle tomber en espérant qu'elle rebondisse, forte et déterminée grâce à son énergie, n'est pas suffisant ou réaliste.

Il va falloir au contraire laisser tomber la balle pour la laisser découvrir ce à quoi elle se doit de s'adapter.

Il va falloir que le sol, dur ou mou, lumineux ou sombre, puisse réellement devenir le réceptacle de toutes les forces et énergies de l'entreprise pour favoriser son adaptabilité.

L'adaptabilité advient quand on accepte de mettre de côté et parfois de même d'abandonner routines, automatismes et best practices, tout ce qui fonctionne bien et depuis longtemps.

L'adaptabilité advient quand on accepte le stress induit par la situation nouvelle et inconnue, quand on accepte d'accueillir les risques pour les transformer en opportunités.

L'adaptabilité advient, selon Jacques Fradin, médecin, Comportementaliste et Cognitiviste quand on est à même de déployer les 7 attitudes suivantes : l'acceptation, la réflexion logique, la curiosité sensorielle, la nuance, la relativité et l'opinion personnelle (L'intelligence du stress, aux Editions Eyrolles)

Et c'est évidemment très compliqué, bien plus que de faire rebondir quoi que ce soit...

Pour l'entreprise dans son combat de survie et de développement, cela veut dire quoi en pratique?

Il existe quelques pistes pour mieux appréhender les environnements VUCA et s'y adapter :

Je pense en particulier à l'audit de l'existant en matière d'organisation commerciale, pratiques des ventes et parcours client. L'audit, réalisé par un tiers, étranger à l'entreprise, plus objectif, moins radical, permet d'identifier les leviers d'amélioration en tenant compte du nouveau contexte dans lequel évolue l'organisation.

Je pense également à l'étude de marché qualitative, cette méthodologie conçue pour étudier les impacts de nos tentatives de ricochets avec notre univers économique.

L'étude de marché permet de valider à tout moment l'adéquation de l'offre d'entreprise à sa clientèle. Réalisée en général au moment de la création de l'entreprise et à des fins, entre autres, d'obtention de financements dans le cadre d'un business plan, l'étude de marché ponctuelle sur des thématiques ciblées et autour de questions cruciales que peut se poser le dirigeant durant toute la vie de l'entreprise, est un puissant outil d'adaptabilité.

N'hésitez pas à partager votre réflexion et commentaires.